Panorama des services SR/PF au Bénin

Panorama des services SR/PF au Bénin

Les services en santé de la reproduction et Planification Familiale (SR/PF) occupent une place déterminante dans la résolution de plusieurs problématiques au Bénin. Ces services interviennent dans la promotion de la santé maternelle et infantile, la prévention des maladies sexuellement transmissibles, la réduction de la mortalité maternelle et infantile.

Elles jouent également leur partition dans la promotion de l’égalité de genre. Plusieurs structures et dispositions sont prises en faveur de la mise en œuvre efficace de ces services. Toutefois, ces mesures ne restent pas sans limite.

La planification familiale, un défi de longue date

Depuis 2013 le Bénin s’est engagé à fournir gratuitement les services de planification familiale à l’ensemble de la population. Cela résulte du partenariat de Ouagadougou dont le pays fait partie. Dans les perspectives, notamment de l’initiative Family Planning 2020, le Bénin a pris de nouveaux engagements pour donner un accès gratuit aux prestations de planification familiale.

Aujourd’hui, des accompagnements sont disponibles dans les centres de santé en ce qui concerne la planification familiale. Toute personne peut avoir accès à la contraception moderne et traditionnelle, l’éducation à la sexualité, la gestion de la fertilité. En dehors de ces services, il existe des options notamment liées à la stérilisation masculine et féminine et la consultation prénatale.

Les services de santé de reproduction au Bénin

Ces services prennent en compte la santé sexuelle, la prévention et la gestion des infections sexuellement transmissibles (IST), la santé maternelle, la prévention et la prise en charge de la fistule obstétricale puis de l’avortement à risques. Par ailleurs, la santé des femmes ménopausées, la santé des hommes et l’accès aux différentes méthodes contraceptives sont également dans le plateau de prestation en santé de reproduction au Bénin.

Le système de santé publique mis en place par le gouvernement du Bénin positionne des centres de santé dans le pays. Ces centres sont présents dans les zones urbaines et rurales puis dans les hôpitaux régionaux. La majorité des établissements publics sont sous la coupole du Ministère de la santé et du Ministère des affaires sociales.

À ces institutions étatiques s’ajoutent les organisations non gouvernementales locales et internationales, les cliniques privées. La pluralité des centres facilite un accès parfois gratuit ou à coût réduit pour les personnes vulnérables.

L’ABPF, pionnier de la santé sexuelle et reproductive

L’Association Béninoise pour la Promotion de la Famille (ABPF) existe depuis 1987 au Bénin en tant qu’organisation non gouvernementale. Elle intervient dans la santé reproductive et dans la planification familiale.

Ainsi, les services offerts par l’ABPF couvrent la planification familiale, la santé sexuelle et reproductive des adolescents, le dépistage du VIH, la consultation prénatale, la contraception, le dépistage et le traitement des infections sexuellement transmissibles (IST), l’avortement sécurisé et la santé maternelle.

Les centres de santé de l’ABPF se retrouvent dans les régions du Sud, du Centre, du Nord et du Plateau du Bénin. Ils sont administrés par des professionnelles du domaine de la santé. Les populations ont accès aux différents services à des prix abordables. Les femmes et jeunes filles bénéficient des subventions disponibles pour les personnes ne disposant pas de moyens pour les services de santé reproductive et planification familiale.

L’ABPF possède huit cliniques fixes de référence réparties dans plusieurs villes du Bénin. Elles sont implantées notamment à : Cotonou, Bohicon, Lokossa, Porto Novo, Savalou, Parakou, Natitingou. L’association dispose également de cliniques mobiles, d’unités d’échographie, de centres Socio-éducatifs et de laboratoires.

À travers la politique de promotion de l’égalité des genres, le Bénin offre des services aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Les barrières socioculturelles, le manque d’éducation et d’information sur la santé sexuelle et reproductive constitue des facteurs qui limitent l’expansion des services quand bien même ils sont gratuits. Les autres problématiques sont liées au manque de financement, au manque de personnel qualifié et à la mauvaise gestion des ressources existantes.

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Suivez nous