Lutte contre les violences sexuelles au Bénin : Un appel à l’action lors d’une discussion sur Twitter Space

Lutte contre les violences sexuelles au Bénin : Un appel à l’action lors d’une discussion sur Twitter Space

En date du vendredi 23 juin 2023, la voix de l’Association des Blogueurs du Bénin a résonné à travers un espace de dialogue passionné sur Twitter. La discussion a été animée par Emmanuel GANSE, chargé de la communication de l’association. Elle a centré l’attention sur la lutte contre les violences sexuelles au Bénin, un sujet nécessitant une action urgente.

Parmi les participants à la discussion, deux voix expertes ont apporté des éclairages indispensables. Il s’agit de Docteure Héléna Capo-Chichi, experte en genre et inclusion sociale. Avec elle, Chrystal-Tayl, Responsable de la Communication et de la Sensibilisation à l’Institut National de la Femme (INF). Les invitées ont partagé leurs points de vue pertinents et leurs connaissances approfondies sur la thématique.

Les formes de violences sexuelles au Bénin

Les violences sexuelles se présentent sous différentes formes notamment les violences physiques, morales, économiques et sexuelles selon Docteure Héléna CAPO-CHICHI. Il existe également les agressions sexuelles, les baisers à caractère sexuel, l’exploitation sexuelle et le cyber harcèlement.  L’année 2021 a vu une augmentation inquiétante des abus sexuels sur mineurs à Abomey-Calavi. Il y a 592 cas de violences physiques et 15 cas de mutilations génitales enregistrés.

Chrystal-Tayl a souligné le grave problème du trafic humain et de la mutilation génitale. L’experte a noté que la violence conjugale est particulièrement courante et peut toucher même les enfants de 3 à 5 ans. Ces violences ont lieu dans diverses institutions, y compris les écoles, les universités, les lieux de travail et même à domicile.

Le labyrinthe des défis multiples et variés

Les tabous sociaux et culturels compliquent grandement la lutte contre ces violences. Ils créent un environnement où il est difficile pour les victimes de dénoncer leurs agresseurs. Pourtant, précise Docteure Héléna CAPO CHICHI, « sans dénonciation, il est impossible d’assurer un accompagnement adéquat aux victimes. L’hébergement et la protection des victimes sont des enjeux complexes à résoudre. ». Au Bénin, il n’existe pas de centre d’hébergement provisoire adéquat.

La cheffe de communication et de sensibilisation à l’Institut Nationale de la Femme appuie la question de barrière socio culturelle. Elle soutient qu’au Bénin, « tout se passe dans la discrétion. Les victimes sont stigmatisées et sont découragées dès lors qu’elles prennent l’initiative de dénoncer leur bourreau. Il est important de réfléchir à des mesures pour sauvegarder la santé de reproduction des filles et des femmes en toute sécurité »

L’INF à la rescousse

L’Institut Nationale de la Femme (INF) s’investit activement pour lutter contre les violences sexuelles au Bénin. Il dispose désormais d’une structure organisationnelle qui permet d’améliorer l’orientation à donner à la lutte. En dehors de cela, un service de communication et de sensibilisation est installé. Cette cellule se penche sur la vulgarisation des droits des femmes. L’ignorance reste en effet un obstacle majeur à la résolution de ce problème.

Par ailleurs l’impunité dont jouissent souvent les auteurs de ces actes répréhensibles ralentit l’aboutissement à des résultats satisfaisants. Pour y remédier, l’institut national de la femme met en place un service judiciaire compétent en la matière. Sur ce point, il est aussi prévu des plaidoyers pour améliorer les lois qui protègent les filles et femmes victimes d’agressions. Les commissariats de police vont également être formés en vue d’un meilleur accueil des survivantes.

 

Yanick ZOUNTCHEGBE

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Suivez nous