Et si l’eau de pluie était dangereuse à la consommation ?

Et si l’eau de pluie était dangereuse à la consommation ?

L’une des pratiques courantes dans les maisons lorsqu’il pleut est le recueil de l’eau de pluie dans un récipient. D’autres personnes installent un système qui leur permet de recueillir cette eau automatiquement. La problématique ici n’est pas l’emmagasinage de cette eau, mais l’usage qui en est fait. Selon plusieurs recherches, sa composition n’est pas favorable au bien-être des hommes. En tout cas, pas lorsqu’il n’est pas rendu potable.

L’eau de pluie n’est pas potable

Aussi limpide qu’elle soit, l’eau de pluie n’est pas potable. Elle présente une contamination chimique après ruissellement sur le toit. C’est-à-dire qu’avant d’être utilisée, cette eau passe d’abord par l’étape du toit de la maison. Pourtant, les matières ayant servi à la fabrication de la tôle ou de la tuile sont nuisibles pour la santé. Aussi, la vétusté de la tôle par exemple entraîne la rouille ou de la poussière.

L’eau, dans toute sa sensibilité, rassemble tous les produits chimiques générés par le toit ainsi que les microbes qui y baignent. De plus, l’eau présente une contamination bactérienne ou parasitaire dans le cas où elle est stockée dans une cuve. Cela peut entraîner des maladies à l’instar de la conjonctivite, le choléra, la dermatose, la diarrhée, etc.

Elle contient des « produits chimiques éternels »

On les appelle les « perfluoroakyles » et « polyfluoralkyles » (PFAS). Ces produits chimiques sont retrouvés dans les rivières, océans, dans la neige, les sols et bien entendu dans l’eau de pluie. Le principal problème qu’ils posent est leur capacité à résister au temps. Les PFAS se dégradent très difficilement et possèdent une très grande mobilité dans l’eau.

Ils sont présents partout, que ce soit dans les ustensiles de cuisine antiadhésifs, les shampoings, les fonds de teint, les emballages alimentaires en carton ou même les smartphones. Ces produits peuvent donc être transportés par l’eau de pluie. Une fois consommés, les PFAS ont la possibilité d’affecter le système hormonal, provoquer des problèmes de fertilité, favoriser le développement de nombreux cancers.

À quoi peut-elle servir donc ?

L’eau de pluie peut servir à l’arrosage des plantes. Avec l’installation d’un système d’irrigation, l’on peut profiter de cette eau de manière optimale. Aussi, elle peut intervenir dans le nettoyage des revêtements de sol (carreaux, pavés, etc.), le nettoyage des véhicules ou l’alimentation des chasses d’eau. Lorsqu’elle subit un traitement pour réduire la concentration de bactéries ou de microorganisme, l’eau pluviale est susceptible d’être employée pour le lavage de linges et de vêtements.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Suivez nous